Les honorables brigands

Il y a quelques années – à l’époque où les programmateurs du Festival d’été de Québec étaient des amateurs de musique et non des marchands de soupe – s’est pointé sous nos cieux un ensemble de musiciens et chanteurs tout aussi virtuoses que baratineurs : Taraf de Haïdouks. Portés par une rumeur persistante (parrainés par Johnny Depp!), ils s’étaient déjà montré la binette à l’écran dans le film Latcho Drom et avaient laissé une très forte impression dans mon imagination.

Les musiciens du Taraf sont des roms, c’est-à-dire de véritables gitans de Roumanie; ils ont été recrutés par Stéphane Karo et Michel Winter (du réputé label Crammed Disc) dans le village de Clejani peu après la chute du toujours très agréable dictateur Nicolae Ceausescu. La formation initiale comptait 12 musiciens, a fait le tour du monde et est devenue en 15 ans l’emblème musical du pays.

Taraful Haiducilor (c’est le nom du groupe dans son pays d’origine) avait donc passé une semaine complète à Québec et je crois bien avoir assisté à chacun de ses concerts à Place d’Youville. La bande de brigands avait soulevé l’enthousiasme et un délire peu commun à chaque apparition. C’est, à ce jour, mon plus beau souvenir du Festival d’été de Québec.

Taraf de Haidouks vient de lancer ‘Maskarada’ où il s’aventure dans le territoire classique en s’offrant les partitions difficiles de Bartók, tout autant que les grandes musiques de films en les ‘gypsifiant’ dans une soupe où règnent ornementation et improvisation. Brillant.

Quelle ne fut pas ma surprise, à l’écoute de

In A Persian Market [Télécharger]
(Albert Ketèlbey, 1920), de remarquer un petit contrepoint exploité plus tard par
le fils du réalisateur américain Julius Dassin [Télécharger]
(au début après les 30 premières secondes). Je vous dis, c’est inmanquable. La pièce a beau avoir été écrite dans les années 20’s, sachez qu’elle a même connu sa renaissance après avoir été réarrangée par The Skatellites et The Supersonics.

Mais on s’éloigne. Dumitru (petit cymbalum), Paul (violon), Constantin (violon, chant et bedaine!), Gheorghe (violon virtuose), Fluierici (flûte, contrebasse), Marin Manole (accordéon), Ionitsa (accordéon virtuose), Ionică (petit et grand cymbalum, aussi virtuose) et tous les autres membres du groupe jouent avec un cœur gros comme ça.

Pas de gêne, là. Commentez.