Avide? Ben oui…

00-bowie

J’ai deux collègues de travail dont la passion pour David Bowie a explosé au grand jour. Et je les ai vus à chaque matin s’échanger frénétiquement un album, un livre, un magazine, un potin, une question et que sais-je encore à propos du caméléon excentrique.

Il faut dire que le britannique n’a pas manqué de marquer son époque. David Robert Jones de Brixton a offert une quantité plutôt phénoménale de mutations musicales, à partir des Kon-Rads, des King Bees, des Manish Boys, des Buzz ou au sein du groupe The Lower Third, jusqu’à ses premières réalisations avec Tony Visconti (producteur de talent), Mick Ronson (guitariste de génie) avec lesquels il a développé des albums qui sont aujourd’hui des références indéniables: Space Oddity, The Man Who Sold The World, Hunky Dory, The Rise and Fall of Ziggy Stardust and The Spiders From Mars, Aladdine Sane, Pin Ups, Diamond Dogs, jusqu’à la trilogie berlinoise, les musiques de films, le tout bien sûr accompagné d’une pléthore de personnages très campés et théâtralement bien habités.

01-emilie-simon 02-dannymichel-valhalla

Et le succès parfois a ses conséquences. Dans la foulée des albums ‘hommage’ (faut-il dire ‘dommages’?) Bowie n’a pas été épargné. Bien que ses grands classiques sont la plupart du temps intuables, ils peuvent être réarrangés par les nouveaux ‘plus jeunes plus fous qui font danser les bougalous’, refondus ou resaucés par des acteurs de théâtre, ou des vieilles croûtes, des artistes dépassés, voire carrément prétentieux, même par des enfants. Et c’est là que L’Homme Scalp intervient, mesdames et messieurs.

Alors voici: J’entreprends ici de dévoiler une partie de ma collection bowienne, en tenant compte de la pertinence, autant que du facteur temporelle de certaines des meilleures ou parfois des pires reprises de son oeuvre. Ramassez ça, vous m’en direz des nouvelles! Certaines pièces reviennent plus d’une fois, me direz-vous? C’est comme ça. Cessez de vous plaindre! À taxi donné, on ne regarde pas le meter…

Emilie Simon – Space Oddity [Télécharger]

Danny Michel – Young Americans [Télécharger]

03-demor 04-dar-williams

Des de Moor and Russell Churney – The Man Who Sold The World [Télécharger]

Dar Williams – Starman [Télécharger]

Beck – Diamond Dogs [Télécharger]

05-beck 06-langley-school-project

The Langley Schools Music Project – Space Oddity [Télécharger]

Russell Churney – Lady Stardust [Télécharger]

Divine Comedy – Life on Mars [Télécharger]

07-seu_jorge 08-gourds

Seu Jorge – Oh You Pretty Things [Télécharger]

The Gourds – Ziggy Stardust [Télécharger]

Gerard Palaprat – Un homme a disparu dans le ciel [Télécharger]

Barbara Streisand – Life On Mars [Télécharger]

6 thoughts on “Avide? Ben oui…

  1. Eh bien je vais faire l’étalage de mon ignorance ici en avouant que je croyais que « The man who sold the world » était une chanson de Nirvana. Un truc intéressant déniché sur Wikipédia (source intarissable de ‘Oooo’ et de ‘Haaa!’) « the song’s themes have been compared to the horror/fantasy works of H. P. Lovecraft. » Eh bin!

    Mes coups de coeurs: -- La version de cette toune par Des de Moor and Russell Churney (wow).

    The Langley School Project avec une mention spéciale pour les musiciens qui ont indéniablement un sens inné du rythme.

    Barbara Streisand! La reine du fromage!

    Et que dire de Palaprat avec son succulent échantillonage d’astronaute ruskov!

    Merci Homme Scalp pour ces délices auditifs!

Pas de gêne, là. Commentez.