L’ours au coeur nu

victo.jpg

Les spectateurs du Festival de Musique Actuelle de Victoriaville ont eu droit à un évènement qu’on n’est pas près de revoir de sitôt en sol québécois: une relecture de l’oeuvre de Art Bears 30 ans après sa conception. Formé par 3 membres de Henry Cow, le groupe rock d’avant-garde britannique a servi de véhicule aux chansons rejetées dans le cadre de la conception de l’album Western Culture paru en 1978. Chris Cutler (percussion, textes), Fred Frith (guitare, basse, violon, claviers) et Dagmar Krause (voix) ont fait paraître trois albums studios entre 1978 et 1981.

artbears.jpg

Winter Songs et The World As It Is Today ont été joués presque en entier par l’ensemble formé par Frith et Cutler dans le cadre du spectacle présenté à Victoriaville. Dagmar n’a pas accepté de participer – affirmant qu’elle ne remontait plus sur scène – mais elle a été remplacée de façon brillante par 3 vocalistes qui se relayaient à tour de rôle ou harmonisaient de façon audacieuse. Jewlia Eisenberg et Carla Kihlstedt (fortes têtes et fondatrices de Charming Hostess), accompagnées par Kristin Slipp (je ne la connaissais pas) ont, comment dire, bien plus que fait la job! Elles ont été extraordinaires. Cutler et Frith ont été – pour employer une expression consacrée – ‘fidèles à eux-mêmes’: rigoureux, exacts, sincères et passionnés. Je les ai sentis très fébriles et émus devant la perspective de rejouer ce matériel, toujours pertinents à ce jour. L’américaine Zeena Parkins, complice dans plusieurs des projets de Fred au cours des 2 dernières décennies, y est allée de toute sa fougue avec des élans pianistiques remarqués et un appui sensible aux claviers.

fred-frith.jpg

Les spectateurs ont été comblés, émus, et certains ont été même tellement saisis qu’ils n’ont pas osé (comme moi) remettre en question le choix d’un fabricant de sons à la console qui nous a douloureusement blasté ça dans les oreilles de façon intense pendant tout le concert. Un peu difficile, parfois. Mais ne crachons pas dans la soupe et pensons aux amateurs de Art Bears qui rêvaient à ce genre de réunion depuis des années. Bravo aux gens du FIMAV pour une ténacité qui les honore et un respect pour l’art qui a permis la tenue d’un tel évènement.

En bonus, voici la pièce jouée en rappel.

Art Bears – All Hail! [Télécharger]

@ Merci au FIMAV pour les photos de Martin Morissette

2 thoughts on “L’ours au coeur nu

  1. Bonjour M. Scalp!
    Merci de nous faire partager une tite shot du festival de Victoriaville. Vous avez plugué votre enregistreuse dans leur console? Géniale idée!
    Ciao

  2. Non. Je ne crois pas, après avoir vu le gars de la sono (qui avait l’air d’être sur un buzz très particulier), que j’aurais pu obtenir cette faveur. Il s’agit d’un extrait sur CD de Art Bears.

Pas de gêne, là. Commentez.