MPA 063 – Con sur visse

drapeau_300.jpg

Hier soir, de retour d’un séjour à Montréal pendant quelques jours avec les enfants. Fatigué, je regarde un peu endormi le grand spectacle de la Saint-Jean sur les Plaines d’Abraham. Un genre de Beau et Show sans Normand Brathwaite, animé par Guillaume Lemay-Thivierge, accompagnés par ses cheveux (plusieurs changements de coiffure), son linge (plusieurs changements de costumes), son corps sculpté de culturiste, (il a l’air de s’aimer beaucoup). Ceci dit, le gars ne manque pas d’audace de se lancer dans l’animation comme ça!

Kevin Parent était de bonne humeur et bien dans sa peau; Pierre Lapointe était tout sauf sincère et il n’avait pas l’air d’avoir envie d’être là; Daniel Bélanger, pas plus. Et tutti quanti. Tout cela ne me dit rien qui vaille. En même temps, ça me fait plaisir d’entendre ici et là des pièces qui ont été à l’origine des flashs de génie de grands créateurs (Robert Charlebois, Mouffe, Marcel Sabourin). Mais pour la passion, on repassera.

blo_fmeurbain.jpg

J’avais déjà programmé quelque chose pour aujourd’hui sans trop de rapport avec la Fête Nationale. C’est quelque peu mélancolique, donc pas trop festif. Mais on ne change rien au plan de la série Musique Pas d’Air. Ce sera donc une pièce de Urbain Desbois. Je vous ai déjà écrit tout le bien que je pense de lui. Si vous avez raté ça, rendez-vous ici.

Urbain Desbois – Servicissitude [Télécharger]

3 thoughts on “MPA 063 – Con sur visse

  1. Ces satanés artistes, toujours à chanter en paraboles.
    Possible que je sois complètement dans le champ, mais j’ai vaguement l’impression qu’Urbain fait une critique acerbe du capitalisme dans cette chanson. La fameuse ‘overdose’ dont il parle serait une métaphore de la révolution. (C’est mon interprétation, hein! 🙂
    J’aimerais qu’il y ait plus de musiciens québécois contestataires. On est tellement gentil.

  2. Cette chanson a été écrite il y a longtemps, à l’époque où Luc Bonin (Urbain Desbois) publiait ses tounes sous format cassette (hé oui!). Le titre de la première K7: « Mes chansons travaillent plus que moi » et celui de la deuxième : « Méchants sons ».

    Urbain était pas mal dépresse (et sur l’aide sociale, peut-être?) quand il a écrit ça. « Pas de danger de faire une overdose avec des miettes » -- Oui la chanson est ponctuée de craque à l’endroit d’un certain système qui ne fonctionne pas et lui aussi s’émiette.

Pas de gêne, là. Commentez.