C’est une question de peeling…

paul-lifting.jpg

Le passage de Paul McCartney à Québec n’a pas fini de faire des vagues. En plein cœur du Festival d’été 2008 et probablement sous le coup d’un accès de chaleur, l’animateur de CKIA Jean-François Trépanier a requis les services de L’Homme Scalp dans le cadre d’une émission spéciale sur les acteurs qui chantent. J’ai aussitôt proposé ce montage sur l’œuvre des Beatles reprises par des acteurs de cinéma ou des personnages de la télévision. Pourquoi ne pas le partager avec vous? En prime, mes notes de micro. La chanson est au bas du texte.

L’univers des Scarabées ne se limite pas uniquement à John, Paul, George et Ringo! C’est aussi des milliers et des milliers de versions de leurs chansons (30 gigs dans mon ordinateur!) Pour un certain nombre de raisons – mais principalement celle de profiter de leur succès et de faire de l’argent en surfant sur la vague – certains acteurs de cinéma et de la télé ont tenté de reprendre l’oeuvre des Fab Four, sans toutefois réussir à en extraire la substantifique moelle.

Entrer dans le monde des reprises des Beatles, c’est pénétrer dans un grand trou noir. Et on n’est pas certain d’en ressortir ! Alors, Inspirons-nous du trou… on va le regarder bien comme il faut… et votre paupière devient lourde, très lourde, de plus en plus lourde, voici le bloc Scarabées on the rocks. Et ça commence avec l’acteur George Burns, mort centenaire en 1996, fumeur de cigares, qui reprend Fixing a Hole, pièce célèbre de l’album du Sergent Poivre!

_______________________________________________________________

george-burns.jpg mae_west.gif

GEORGE BURNS : né Nathan Birnbaum, (tiens! un autre juif de NY qui a modifié son nom pour faire carrière à Hollywood) Burns participe à un projet douteux de Robert Stigwood, gérant des Bee Gees, qui a eu l’idée d’un film reprenant l’oeuvre maîtresse Sergeant Pepper’s Lonely Hearts Club Band. Très douteux!

MAY WEST : Bien plus qu’un célèbre dessert, elle chante aussi Day Tripper! Une actrice américaine de vaudeville qui a eu sa part de gloire, mais a aussi rencontré des problèmes avec la censure, en raison de ses nombreuses allusions au sexe. L’album Way Out West! (totalement étonnant) lui permet aussi de reprendre les succès des Doors et des Rolling Stones.

sellers-mage.jpg bugs_bunny_y_pato_lucas_4.jpg

PETER SELLERS : « Help » à la manière d’un sermon à la messe et « She Loves You » avec l’accent de son célèbre nazi du film Docteur Folamour. Sellers s’amuse avec la bénédiction de Ringo Starr et de George Harrison dont il était l’ami personnel.

BUGS BUNNY et ses amis : Un disque pour enfant, paru en 1995. Pas vraiment une réussite. Plutôt une basse manoeuvre commerciale de Warner Brothers. The Fool on The Hill est livrée ici à la sauce New Age! “Swami, show ‘em the way!”

goldiehawn.gif bing_crosby_portrait.jpg

GOLDIE HAWN : L’actrice met toute la gomme dans le cadre de l’album In My Life de George Martin. Je trouve ça personnellement d’un mauvais goût extraordinaire! L’actrice n’écoute pas vraiment ce qu’elle est en train de dire. A Hard Day’s Night will not make you feel all right.

BING CROSBY : Oui, Bing lui-même, le roi des ventes de disques, avec sa voix basse qui rappelle à quel point le marshmallow est un produit de haut de gamme! Le gars a l’air d’être entré en studio en s’ennuyant profondément! Hey Jude manque cruellement de sincérité. Le tout noyé dans un arrangement de corde franchement puant! Once again : «Give Paul a Chance!»

williamshatner.jpg pesci-18467395.jpg

WILLIAM SHATNER : Le capitaine Kirk s’est senti poète et reprend avec toute la fougue de l’acteur de théâtre le classique surréaliste Lucy In The Sky With Diamond de John Lennon. Désolé John, mais Shatner est bien plus surréaliste que toi!

JOE PESCI : L’acteur minuscule des films de Scorsese a connu une carrière de chanteur. Il a lancé cette version de « Got to get you into my life » en 1972 sous le nom Little Joe Ritchie!

Burns, West, Sellers, Bugs, Hawn, Crosby, Shatner, Pesci – To help Jude fix a day up the hill or in the sky, she would love you to get him into her life or out of a hard day’s night [Télécharger]

6 thoughts on “C’est une question de peeling…

  1. L’animateur de CKIA… il va commenter…
    En ouvrant la station ce matin pour la mise en ondes du Jardinier paresseux, j’ai récupéré dans la boîte à journaux un spécial de 9 pages sur Sir Paul dans le journal de Mr. Pédalo… ayoille l’actualité… Ceci étant dit, sur les photos publiées dans ce journal, Paul a l’air encore plus jeune que sur l’image que tu as choisi de nous offrir… je partage l’idée de madame Scalp qu’il y a quelque chose la-dessous… c’est peut-être Maybelline comme commenterait mon fiston…

  2. May West est ma préférée dans le lot, mais Peter Sellers m’amuse toujours autant. Merci pour cette recherche et pour le montage. On s’instruit toujours avec l’Homme Scalp. J’ai trouvé moi aussi que Paul rajeunissait… les vertus du Québec, peut-être ?
    Ciao !
    Mireille

  3. Alors là… chapeau pour la recherche et les trouvailles…OUAIS…Peter Sellers…c’est un must!

    Denise

  4. Mmm, après les cheveux et le visage, est-ce que M. Scalp va nous entretenir des fesses de Sir Paul?
    Scoop : contrairement à McCartney, Dylan se serait fait enlaidir afin d’effrayer ses fans trop enragés!

Pas de gêne, là. Commentez.