MPA 082 – Sois sérieux

robert_wyatt_01.jpg

Avec constance, simplicité et émotion, le musicien et compositeur britannique Robert Wyatt revient épisodiquement nous chavirer avec un bel album de son crû. Et cette voix, envoutante et bouleversante, est un direct au coeur. Le fondateur de Soft Machine – batteur devenu chanteur à la suite d’un bête accident qui l’a rendu paraplégique et l’a confiné à la chaise roulante – est un acteur-clé de la scène Canterbury aux côtés de grands musiciens comme Daevid Allen, Hugh Hopper, Kevin Ayers, Richard Sinclair et a participé aux grands courants progressistes de la musique anglaise.

robert.jpg

Le parcours de Robert Wyatt, qui s’étend sur quatre décennies, est d’une grande cohérence musicale. De la première et de la deuxième, on retiendra qu’il a été batteur de Soft Machine, puis de Matching Mole, et qu’il a lancé en 1974 son chef d’œuvre Rock Bottom, un disque d’une grande originalité, au-delà des genres établis, à la fois jazz, poésie, pop et musique expérimentale. Un album qui marque le vrai début d’un parcours en solo de plus de trente ans, marqué par des albums extraordinaires (Dondestan, Old Rottenhat, Shleep). Wyatt vient de terminer avec Comicopera une trilogie d’albums réalisés en home-recording et avec les mêmes musiciens (notamment Brian Eno, Yaron Stavi, Annie Whitehead, Paul Weller, Phil Manzanera). C’est un album, très mélodique, presque pop, composé comme un opéra, en trois actes qui partent du singulier pour rejoindre l’universel.

Robert Wyatt – Be Serious [Télécharger]

Pas de gêne, là. Commentez.