MPA 090 – Ça m’interpelle

l_hm01.gif

Fiez-vous sur moi, Hazmat Modine va sortir de New York un de ces quatre ! Cet ensemble pas ordinaire a été fondé dans la Grosse Pomme par l’harmoniciste diatonique Wade Schuman qui s’est inspiré de la musique des bourgades de l’Amérique rurale entre les années 20 et 60 (je sais, la palette est large) en fusionnant ses éléments les plus racinaires (Country Blues, Swing, Klezmer, New Orleans R&B et Jamaican Rocksteady) et par une utilisation plus que judicieuse de deux harmonicas diatoniques, d’une guitare, d’un cymbalom roumain, d’un sheng chinois, d’une claviola, d’une guitare hawaïenne, d’une trompette, d’un tuba et de percussions variées.

l_hm16.gif

Ça fait beaucoup penser aux Cheap Suit Serenaders ou aux Primitifs du Futur (du moins dans son intention), mais la facture est vraiment très bien ancrée dans la tradition américaine. La proposition musiciale d’Hazmat Modine tient autant du jazz d’avant-garde, que du rockabilly ou du western swing. Elle est aussi teintée d’influences moyen-orientale, africaine et hawaïenne. Wade Schuman a aussi avoué son admiration pour le groupe Huun-Huur-Tu de Mongolie qui s’est fait connaître pour son utilisation judicieuse du chant de gorge, une technique vocale ahurissante permettant au chanteur de produire deux notes en même temps en utilisant la résonnance harmonique créée par l’interaction du placement des muscles de la gorge et de la langue dans le palais.

Hazmat Modine m’a fait penser immédiatement à Tom Waits, mais après écoute attentive on a vraiment affaire à des artistes originaux et authentiques, véritablement dédiés à la transmission d’une certaine tradition américaine qui témoigne de la vivacité du melting pot culturel new-yorkais.

Hazmat Modine – It Calls Me [Télécharger]

Pas de gêne, là. Commentez.