Mauvaise mine

recital72a.jpg

Je viens de recevoir un courriel d’un producteur qui m’invite à parler de Réal V. Benoit. J’enverrais normalement le tout dans le 3ème tiroir, mais il s’agit de Réal V. Benoit! Et l’Abitibien est rien de moins qu’un personnage marquant de la culture populaire underground québécoise. Et quand je dis underground, je ne parle pas des disques que les gens écoutaient dans leur sous-sol. © Il s’agit d’un authentique mineur de profession, originaire de Rouyn-Noranda. Tiens, je vous livre ici, en copié-collé, la notice biographique retrouvée sur le site ouèbe de l’artiste. Je pense que ça en dit pas mal.


Auteur, compositeur et interprète, originaire de Rouyn-Noranda, Réal V. Benoit se fait la voix du monde ordinaire, avec ses questions existentielles, philosophiques ou sociales. Mineur de profession, il a connu une certaine popularité au milieu des années 70 (de 71 à 75 plus exactement) avant de retourner poursuive sa carrière de mineur en Abitibi Témiscamingue où il est né.

marquiseparamount.jpg

En fait, au cours de sa brève carrière, il s’est un peu fait avoir par des producteurs qui ne le voyaient que comme un produit de consommation. Il devait se produire avec son casque de mineur pour faire différent des autres et s’attirer ainsi un capital d’empathie de la part des travailleurs ordinaires. Cela a marché mais notre homme n’était pas heureux. Il n’a pas vu un seul dollar des trois albums qu’il a mis sur le marché à cette époque. Le premier avait la particularité (très mauvaise) d’offrir la voix de Réal d’un côté et la musique de l’autre, un vraie farce pour quiconque est sérieux en musique. Les DJs de l’époque ont refusé de faire jouer cette erreur et l’ami Réal en était très peiné.

Heureusement, son talent était palpable sur scène et on a pu le voir dans plusieurs boites à chanson, faire son petit bonhomme de chemin jusqu’à ce que plusieurs de ces endroits doivent fermer leurs portes et Réal devait ensuite se contenter de tourner dans des hôtels miteux. Il serre sa guitare en 1975, fait le voeu qu’on ne l’y reprendra plus et retourne à la mine.

realfred2.jpg

Ce n’est que 25 ans plus tard, à la demande d’un inconnu qui lui offre une salle pleine de spectateurs qui se souvenaient de lui qu’il accepte de reprendre le flambeau. Invité par la suite à faire la première partie de Fred Fortin en tournée, il reprend goût à la scène et décide d’offrir son ancien comme son nouveau matériel en format CD. En novembre 2005, Réal participe au Coup de Coeur Francophone à la Place des Arts, il interprète plusieurs des pièces de son plus récent album intitulé Sérieusement. Le poète de l’humain est toujours là, solide et direct. Les années n’ont pas altéré sa quête des vraies choses et le nombre de questions qu’il se pose semble aussi volumineux qu’à l’époque. Un homme et un artiste important.


Depuis son extraordinaire premier album (Voilà Réal V. Benoit), en passant par le fameuse pochette en billet de 5 dollars, jusqu’à sa renaissance toute nouvelle, RVB est définitivement un personnage qu’il est impossible d’éviter. Tapez-vous entre autres « Le gros mangeux de suçons pis de gomme » ou « Les baveux » pour découvrir un artiste hors du commun. Un extrait vidéo de son spectacle. Long monologue, la chanson est mieux livrée que l’originale qui était mal enregistrée et sonnait le cul. Remettez les pieds chez votre disquaire de collection pour retrouver les disques de Réal V. Benoit ou allez visiter son site.

© Cette blague appartient à François Tremblay.

3 thoughts on “Mauvaise mine

  1. Bonjour l’homme scalp.
    Je viens tout juste de prendre note de votre article. Je ne sais pas qui vous êtes mais j’aime bien ce que je viens de lire. Je trouve que vous rapportez honnêtement ce qui s’est passé dans ma Vie.
    Vous avez cependant oublié de mentionner que l’album tout neuf intitulé
    « Sérieusement » qui contient 11 chansons inédites, que j’ai mis sur le marché en 2004, c’est retrouvé en nomination à l’ADISQ et que le tout dernier intitulé « Trésors Retrouvés », parut l’anné dernière, est aussi en nomination à l’ADISQ cette anné. En voici la preuve: http://www.adisq.com/doc/gala-2008/nomin-artis-country.html On à aussi depuis mon retour, produit un film documentaire sur moi d’une heure intitulé « Sortir du trou », qui devrait paraitre en salle bientôt. Voilà! Maintenant tu sais tout.
    Merci pour l’article et au plaisir.
    Réal V. Benoit
    http://www.realvbenoit.com

  2. Je travaille au sein d’une entreprise de recherche sur les médias; je suis aussi animateur de l’émission de radio L’HOMME SCALP à Québec (présentement en congé, mais qui reviendra)et je suis l’auteur du blogue du même nom.

    Je répète candidement que la partie historique portant sur votre vie a été extraite directement de votre page web. J’estimais que le résumé était judicieux et exact.

    J’espère qu’on va parler de vous en bien à l’ADISQ et faites-moi savoir quand le film sera présenté à Québec.

  3. Bonjour Claude,
    Merci de cet article qui parle de Réal V.Benoit. Il est grand temps que le Québec se réveille et redécouvre ce poête populaire.
    Je suis fière d’être son Ami et son gérant. Nous espérons nous aussi que l’ADISQ reconnaisse enfin son talent.
    Je reviens tout au pays (Parti depuis le 2 sept.)et je découvre pleins de gens qui parlent de lui et j’en suis très heureux.
    Donc, merci encore et je nous vois tenir ENFIN un Félix entre les mains.
    Claude R. Knight (Imprésario)

Pas de gêne, là. Commentez.