Lunasam : C’est beau, y’a pas de char

neron_mini.jpg

Parlons de Québec, autrement que dans ses ornières habituelles. Et abordons le cas Lunasam. Décrite dans le communiqué de presse comme une « formation ectoplasmique », le trio lançait en juin 2008 (merde, j’ai manqué ça!) son premier album. L’Homme Scalp a eu l’honneur toutefois d’en diffuser une première mouture dans le cadre de l’émission de radio du même nom sur les ondes de CKRL et la réaction a été immédiate: très positive!

Faut dire que les gars sont issus d’une époque très florissante du rock made in Québec-la-ville : Denis de Carnivore et Turbine Depress, Robert des Modernes Pickles, et Bertrand des Biberons Bâtis et aussi des Modernes Pickles. Si vous avez la patience d’un historien, la curiosité du trouveur (et par le fait même du chercheur), je ne peux que vous recommander très chaudement l’extraordinaire site web de Satan Bélanger. Non, il ne s’agit pas, comme son nom le laisserait supposer, d’un lieu de rencontre occulte du Parti Conservateur du Canada, mais plutôt d’un endroit pour promouvoir la musique de fous magnifiques.

carnivorelp.jpg4grillage.jpgpickle84.jpg

Les membres de Lunasam ont choisi de se présenter ainsi : « …il est chuchoté que Robert le plus jeune se déclare l’incarnation même d’un mort vivant nommé le Comte Downe, descendant direct des Szegelys, la peuplade légendaire parmi laquelle était choisie la garde d’honneur du redoutable Vlad Tepes (Dracula), et qu’il chante avec mélancolie à sa prochaine promise en lui vouant un amour éternel qui ne lui coûtera que sa dernière goutte de sang.

« Denis, un esprit tortueux et monstrueusement pervers en ce qui a trait l’écriture, est également un bourreau chevronné de la guitare, la faisant crier, haleter et gémir sans cesse, un véritable Nosferatu assoiffé de son qui transperce les oreilles pour mieux trancher les âmes étriquées en deux. »

« Bertrand est un sinueux horloger qui sait doser le châtiment, mesurer la terreur et organiser la souffrance informatique, tout en apportant une aide essentielle à ses deux mauvais compagnons pour qu’ils puissent suivre leurs redoutables instincts. »

Les membres de Lunasam affichent un parti-pris évident pour la technique du cut-up et l’album a un petit quelque chose d’éthéré dans sa production. L’expérience de « montage audio électrorock » a consisté à mixer chaque chanson pour obtenir un son unique, de varier les styles, et d’alterner l’ordre des interprètes pour donner la nette impression d’écouter un disque compilation de plusieurs groupes plutôt que la réalisation d’une seule formation, encore moins un trio, même augmenté de l’apport vocal précieux de trois chanteuses invitées. Ça donne un résultat assez étourdissant, une production assez chargée, mais parfaitement originale et pertinente.

cdcover1.jpg


À travers les créations originales se glissent ça et là des citations/allusions/pastiches d’oeuvres musicales évidentes du répertoire populaire rock des 40 dernières années (Smoke on The Water, Sunshine of Your Love, World of Pain). Extirpée du site web de Lunasam, une dissertation très intéressante qui m’a, comme qui dirait, « interpelé » : ‘La parodie maintient une relation ambivalente et efficace avec l’objet de la moquerie: d’un côté son objectif est de rabaisser par l’exagération, mais son succès tient également à une mélancolie sous-jacente qui rend hommage amer à sa victime.’ (Maurizio Cattelan)

2 extraits, avec la permission des auteurs. Mais je vous invite à ramasser le disque chez votre disquaire indépendant ou chez les producteurs eux-mêmes.

Lunasam – Boucane sur le fleuve [Télécharger]

Lunasam – Rose Selavy [Télécharger]

Pas de gêne, là. Commentez.