Une bombe brise l’unité libérale

prairie_home_invasion.jpg

Je discutais avec des collègues sur les différences d’interprétation du mot ‘libéral’ au Canada et aux États-Unis d’Amérique (un libéral étant associé à la droite affairiste et conservatrice ici, plutôt que démocrate, libertaire et dépensier aux É.U.). Ça m’a fait penser à la chanson ‘Love Me I’m a Liberal’ composée par Phil Ochs et reprise (avec un texte modifié) sur l’album Prairie Home Invasion de Jello Biafra et Mojo Nixon. Les deux personnages sont les dignes descendants du mouvement contre-culturel de la fin des années 60 et se sont permis des interprétations vigoureuses de quelques classiques ou trésors oubliés de la chanson américaine. Le premier (né Eric Reed Boucher) a fondé les Dead Kennedys à San Francisco; il est aussi un musicologue chevronné et sympathisant des idées politiques de la gauche. Le deuxième (né Neill Kirby McMillan) fait partie du mouvement psychobilly et saupoudre ses chansons de références à la culture populaire et se sert de la chanson pour propager ses idées politiques libertaires.

atomicbomb44.jpg

En tout premier lieu, Atomic Power des frères Chester et Lester Buchanan, valait d’être ressuscitée. Un texte qui résume parfaitement l’angoisse populaire devant une arme menacante contre laquelle le commun des mortels ne peut rien faire d’autres que de prier. Le texte est très efficace (et très moderne) pour une chanson écrite en 1946:

Oh this world is at a tremble with its strength and mighty power
They’re sending up to heaven to get the brimstone fire
Take warning my dear brother, be careful how you plan
You’re working with the power of God’s own holy hand

Atomic power, atomic power
Was given by the mighty hand of God
Atomic power, atomic power
It was given by the mighty hand of God

You remember two great cities in a distant foreign land
When scorched from the face of Earth their power of Japan
Be careful my dear brother, don’t take away the joy
But use it for the good of man and never to destroy

Hiroshima, Nagasaki paid a big price for their sins
When scorched from the face of Earth their battle could not win
But on that day of judgment when comes a greater power
We will not know the minute, and we’ll not know the hour

ochs-all-the-news.gif

Will The Fetus Be Aborted est une bravade à l’endroit de la droite religieuse et de ses efforts pour contrer le phénomène de l’avortement. La version de Johnny Cash, Jerry Lee Levis et Carl Perkins (à l’époque jeunes poulins de Sun Records) est un reprise du classique folk Will The Circle Be Unbroken écrite et publiée en 1935 par les membres de la célèbre famille Carter.

La pièce Love Me I’m a Liberal est, quant à elle, une attaque brillante du protest singer Phil Ochs contre les ‘gauchistes du dimanche’ qui proclamaient être des progressistes, mais n’étaient pas prêts à assumer les conséquences politiques de leur choix. Très baveuse il y a 40 ans, elle est toujours d’actualité 25 ans plus tard dans la relecture qu’en font Biafra et Nixon.

I cried when they shot John Lennon
Tears ran down my spine
And I cried when I saw « JFK »
As if I’d lost a father of mine
But Malcom-X and Ice-T had it coming
They got what they asked for this time

So love me, love me, love me,
I’m a liberal

I go to pro-choice rallies
Recycle my cans and jars
I’ll honk if you love the Dead
Hope those funny Grunge bands become stars
But don’t talk about revolution
That’s going a little bit to far

I cheered when Clinton was chosen
My faith in the system reborn
I’ll do anything to save our schools
If my taxes aint too much more
And I love Blacks and Gays and Latinos
As long as they don’t move next door

Rush Limbaugh and the L.A.P.D.
Should all hang their heads in shame
I can’t understand where they’re at
Arsenio should set them straight
But if neighborhood watch doesn’t know you
I hope the cops take your name

Yeah, I read the New Republican
Rolling Stone and Mother Jones too
If I vote it’s a democrat
With a sensible economy view
But when it comes to terrorist Arabs
There is no one more red, white, and blue

Once I was young and had an attitude
Stickers covered the car I drove in
Even went on some direct actions
When there weren’t rent-a-cops to be seen
Ah, but now I’ve grown older and wiser
And that’s why I’m turning you in

So love me, love me, love me,
I’m a liberal

The Buchanan Brothers – Atomic Power [Télécharger]

Jello Biafra & Mojo Nixon – Atomic Power [Télécharger]

Johnny Cash w/ Lewis & Perkins – Will The Circle Be Unbroken [Télécharger]

Jello Biafra & Mojo Nixon – Will The Fetus Be Aborted [Télécharger]

Phil Ochs – Love Me, I’m a Liberal [Télécharger]

Jello Biafra & Mojo Nixon – Love Me, I’m a Liberal [Télécharger]

5 thoughts on “Une bombe brise l’unité libérale

  1. Je ne pouvais pas vraiment ne pas réagir la dessus, surtout que j’ai déjà fais jouer Jello Biafra et Mojo Nixon à plusieurs reprises à CKRL. « Plastic Jesus » est assez marrante aussi (Le conducteur d’une voiture utilise la figurine de Jésus comme ‘viseur’ sur son dash pour écraser les piétons).

    Jello est un agitateur politique corrosif qui utilise l’humour et un brin de démagogie pour combler son auditoire (Remarquez que Michael Moore ne fait guère mieux en terme de démagogie). Il a fait une conférence au Cégep Limoilou lors du Sommet des Amériques de Québec en 2001. Il est admirable que les déboires judiciaires dans lequel il a été placé par ses propres ex-camarades des Dead Kennedy’s n’ait pas affectée son attitude révoltée. Son dicton « Don’t hate the media, become the media » est l’un des arguments qui m’a mené à faire de la radio.

    Anyway, Jello Biafra fait actuellement des Spoken Words pour des pinottes et gère la boite de prod Alternative Tentacles (Sur le site web duquel on trouve des centaines de mp3 gratuits). J’ai entre mes mains, commandé dirrrrrectement des States, le triple album « In the Grip of Official Treason ». Ce sont trois cds complètement rempli de conférence avec Jello Biafra qui peut parler pendant trois heures d’une voix apocalyptique sans pause. Après 10 heures de ce traitement, votre cerveau pogne en feu.

    Tout y passe. La guerre, l’environnement, l’ouragan Katrina, les lobbys religieux, les républicains, les démocrates, les médias etc. Cousin par la fesse gauche de Noam Chomsky. Il se présente régulièrement comme candidat Vert. C’est un libertaire pragmatique qui encourage les gens à voter, surtout au niveau municipal. Vous êtes bandés sur les discours environnementaux d’Al Gore? Pourtant saviez-vous que sa femme Tipper Gore a déjà mené une croisade complètement absurde sur la musique sois-disant violente en faisant une liste noire de groupes a censurer? C’était ni plus ni moins que le retour de la censure à l’index des religieux qu’on a connu dans les années 30. Praise the lord and Jesus amen.

    Ou est le Jello Biafra québécois?

  2. Vrai pour Tippy Gore! Fais-moi penser de publier le Z-Pack de Frank Zappa dans lequel le compositeur recensait les pires horreurs du Parental Music Research Council qui a accouché des fameuses étiquettes PARENTAL sur les disques. FZ (du moins ça ressemblait à sa signature) m’avait demandé de faire circuler ça au Canada, mais c’était resté dans un cercle assez fermé. Et des années plus tard, Al Gore est un héros. Sa femme a utilisé ses contacts au Congrès et au Sénat pour faire adopter cette horreur. Et tout cela avait commencé par l’arrestation d’un disquaire qui avait vendu un album de rap à un jeune de 16 ans….

    Misère!

  3. Il a aussi été candidat pour la mairie de San Francisco et son vrai nom est Éric Boucher. Cousin lointain de notre fameuse mairesse?

    Vote Jello!

Pas de gêne, là. Commentez.