Dakota Hotel

Êtes-vous un stalker? Feriez-vous tout en votre possible pour localiser la demeure d’une célébrité de la télévision, du cinéma ou de la musique populaire? Ça se soigne, vous savez. Parce qu’un fan rendu fou et aveuglé par l’objet de sa passion peut devenir dangereux. Une petite pensée ce matin pour Mark David Chapman qui a attendu et rencontré John Lennon au sortir de sa limousine. Non content d’avoir obtenu son autographe, il est resté plusieurs heures devant le Dakota Hotel. Vous connaissez la suite.

John Lennon était au tout départ un bum de Liverpool. Loin d’être un saint, il a vécu une partie de sa jeunesse dans la révolte, le bruit et la fureur. Il est devenu un fabuleux, a cessé de l’être, s’est retiré dans ses terres, a fait un bébé, a appris à faire cuire du pain et se préparait à une renaissance artistique. Un sociopathe armé a décidé, il y a 28 ans exactement aujourd’hui, qu’il en serait autrement. Un autre effet secondaire du culte de la personnalité.

John Lennon – You are Here [Télécharger]

One thought on “Dakota Hotel

  1. Ce soir là, j’étais au Forum de Montréal pour un spectacle de Diane Dufresne… au moment précis de l’assassinat (moment que j’ai appris le lendemain dans la presse), Diane Dufresne chantait Ne tuons pas la beauté du monde… Ça m’a frappé de plein fouet à mon retour à Québec-ma-ville le lendemain matin.

Pas de gêne, là. Commentez.