Su’l piton

Tournons-nous vers des valeurs sûres. Je partage avec quelques un de mes amis une passion certaine pour les grands pionniers de la musique électronique. Avant de devenir un élément essentiel à la création de la musique pop moderne, un aura de mystère entourait le synthétiseur développé par Robert Moog. Certains albums ont été de pures réussites; certains autres n’ont été que des rip-off de l’industrie du disque commercial de la fin des années 60 et 70.

The Moog Cookbook (inspiré par un véritable livre de cuisine écrit par Shirleigh Moog) a été fondé par Brian Kehew et Roger Joseph Manning Jr (sous les pseudonymes Meco Eno and Uli Nomi) qui se sont amusés à rendre hommage et parodier ces fameux disques électroniques de reprises de grands classiques (Switch on Bach) en jouant exclusivement sur des synthés analogues (une note à la fois, rappelez-vous! – sans recours au MIDI) des pièces du répertoire pop américain de 1965 à 1980, en passant parfois les années 90.

2 albums pissants de reprises sont fortement recommandés par L’Homme Scalp : The Moog Cookbook (1995) et Ye Olde Space Bande (1997), de même que la bande sonore d’un film intitulé Moog (2004). Amusez-vous avec celles-ci (que je n’ai pas besoin de vous présenter) et tenez compte de l’exactitude note-pour-note des interprétations. Plusieurs citations esthétiques dans la pièce Hotel California!

The Moog Cookbook – Ziggy Stardust [Télécharger]

The Moog Cookbook – Hotel California [Télécharger]

2 thoughts on “Su’l piton

  1. Ce qui est épatant aussi dans le Moog Cookbook c’est l’abus de stéréophonie. À savourer avec des écouteurs!

Pas de gêne, là. Commentez.