Les Coquerelles – The White Album

sc0006the-beatles-white-album-posters

Le fameux « White Album » des Beatles a été publié en 1968. A Doll’s House était le titre de travail; les membres du groupe ont changé tout simplement parce que le groupe Family venait de faire paraitre un album du même nom plus tôt la même année. Contrairement aux albums qui ont précédé, il est quasiment impossible de qualifier rapidement le produit de ce bouillonnant travail amorcé lors du séjour du groupe en Inde.

Il s’agit en réalité d’un fourre-tout étrange où se déploient expérimentation et exploitation de genres musicaux peu habituels dans un univers rock and roll. Lennon, McCartney, Harrison et Starkey empruntent directement de styles très variés (musique de danse des années 30, musique de chambre, blues, musique d’ascenceur, ska, country-folk, avant-garde à la John Cage) pour en extraire la substantifique moëlle, comme dirait l’autre. Le public et la critique se sont sentis provoqués, mais l’album a tout de même atteint les sommets du palmarès.

inside-white-album

Je suis tombé sur une mine d’or avec des compilations hommage de tous les genres; la meilleure de toutes est sans contredit THE BEATLES WHITE ALBUM RECOVERED publiée par le magazine spécialisé MOJO. Remplie de perles magnifiques, d’interprétations senties et surtout très originales, elle est un véritable trésor pour les fans finis et pour les générations suivantes. Vous en trouverez plusieurs dans la version Coquerelles. Les pièces ont été sélectionnées avec soin et je pense qu’il y a peu d’éléments faibles sur la compilation. Jetez une oreille (et pourquoi pas les deux) sur les russes Baba Yaga, la version gaélique de Blackbird par l’écossaise Julie Fowlis, la très touchante Julia par A Girl Called Eddy, Yer Blues par l’artiste japonais Shiina Ringo et une version de Everybody’s Got Something To Hide Except For Me and My Monkey par… Fats Domino! Lennon aimait beaucoup, paraît-il.

Disque 1

Baba Yaga – Back In The U.S.S.R.
Lau – Dear Prudence
Big Linda – Glass Onion
Gabriella Cilmi & Nicotine – Ob-La-Di Ob-La-Da
Pixies – Wild Honey Pie
Young Blood – The Continuing Story Of Bungalow Bill
Joe Louis Walker – While My Guitar Gently Weeps
Aidan Smith – Happiness is a Warm Gun
Paulo Sergio Santos – Martha My Dear
Phil Campbell – I’m So Tired
Julie Fowlis (Scottish Gaelic) – Blackbird
Tottemo Godzilla Riders & Theodore Bikel – Piggies
Johnny Flynn – Rocky Raccoon
T-Bone Wolk – Don’t Pass Me By
Babel – Why Don’t We Do It In the Road
Real McCoy – I Will
A Girl Called Eddy – Julia

Disque 2

The Swingle Singers – Birthday
Shiina Ringo – Yer Blues
Neville Skelly – Mother Nature’s Son
Fats Domino – Everybody’s Got Something To Hide
Rachel Unthank & The Winterset – Sexy Sadie
Derwood Andrews – Helter Skelter
Gemma Ray – Long, Long, Long
The Rabeats – Revolution
A Cuckoo – Honey Pie
Pete Greenwood – Savoy Truffle
Richard Barone – Cry Baby Cry
The Neil Cowley Trio – Revolution 9
Sarabeth Tucek & The Moog Beatles – Good Night

pressing-1

Bonus Tracks

Feet Of Clay – Dear Prudence
Los DuraBeats – Glass Onion
Bobby McFerrin – Blackbird
Crosby, Stills, Nash and Young – Blackbird (archives, take 3)
Joan as Police Woman – I Will
Paul Weller – Sexy Sadie

1000px-the_white_albumsvg1

11a – Les Coquerelles – The White Album (Disque 1)

11b – Les Coquerelles – The White Album (Disque 2)

11c – Les Coquerelles – The White Album (Bonus Tracks)

4 thoughts on “Les Coquerelles – The White Album

  1. Merci. Les autres albums de la série comportent quelques petites perles. Gênez-vous pas pour ramasser ça!

  2. Thanks for your work so far, but aren’t the following volumes long overdue? You haven’t forgot, I hope.

    Also, thanks for the fey-spook invite, but I don’t play that game.

    Best regards, Leo.

Pas de gêne, là. Commentez.