FEQ – 12 juillet

setzer

Ça s’est passé sur les Plaines en territoire canadien. Employons donc le terme à la mode au sein de la communauté journalistique musicale. Ainsi je pose la question: à qui devrons-nous référer quand viendra le temps de déterminer l’artiste le plus « fédérateur » du FEQ?

Kiss? Sting? Placido Domingo? Non.
The Lost Fingers? Vous n’y êtes pas du tout.

La palme revient sans contredit à Brian Setzer. N’allez pas croire qu’un ensemble de cuivres (2 sax alto, 2 sax ténor, 4 trompettes, 4 trombones), un contrebassiste, un batteur et deux choristes produira de la musique de chochotte! Parlons plutôt de rock and roll endiablé, d’un swing ravageur, d’un orchestre de bonne humeur, tout ce qu’il faut pour que ça décolle.

Le public était aux anges. Des petits jeunes à la patte lousse, des quinquagénaires qui trippent fort avec un grand sourire dans la face. Setzer fait ce qu’il veut, et ce depuis toujours. C’est comme ça depuis ses débuts avec les Stray Cats – alors qu’on s’emmerdait avec la pop plate des années 80, Setzer nous envoyait Rock This Town, rappelez-vous! – et ça se poursuit encore aujourd’hui avec beaucoup de classe.





Le matériel du BSO est tellement juteux qu’on ne voit pas comment le spectacle peut tomber: Pipeline, Stray Cat Strut, Ring Ring Ring, Gene & Eddie, Jump Jive & Wail et Sleepwalk, le grand classique de Santo and Johnny.

Et quel extraordinaire guitariste, faut-il le rappeler. Setzer ne se contente pas d’aligner les solos, il harmonise les pièces à sa guise avec une facilité déconcertante, tout en se permettant des citations assez amusantes de temps en temps (ouverture avec le thème de Batman, Stray Cat Strut enchaîné avec la Panthère Rose de Henry Mancini, un extrait du Vol du Bourdon de Rimsky-Korsakov).

Je vous parlais de Sam Butera il y a quelques temps. Le saxophoniste a fait sa marque aux côtés de Louis Prima, particulièrement sur Jump Jive and Wail. C’est à eux que rend hommage Setzer.

Brian Setzer Orchestra (live) – Jump Jive an’ Wail [Télécharger]

One thought on “FEQ – 12 juillet

Pas de gêne, là. Commentez.