Les Cackle Sisters MTL-QC

poulailler

Invitation particulière aux Montréalais et mélomanes de passage :

Les New Cackle Sisters, un insolite duo vocal (et un guitariste) redonnent vie de façon magistrale aux arrangements country agricoles des DeZurik Sisters. Ces dernières ont été les vedettes de stations de radio locales de l’Illinois et du Tennesse entre 1936 et 1947. Le caractère singulier de leur style tenait à l’intégration de différentes techniques de yodle et d’imitations de cris d’animaux et d’instruments de musique dans leurs arrangements vocaux. Le résultat, d’une indéniable et rafraîchissante virtuosité, mérite d’être entendu de tous, ne serait-ce que pour ses vertus thérapeutiques.

QU’EN EST-IL DU SPECTACLE ?

Les sœurs-chanteuses sont perpétuellement côte à côte, vêtues, chaussées, coiffées et maquillées comme des apparitions sorties de la campagne américaine des années 1940. Toujours habillées pour la saison, elles ne semblent pas déguisées, seulement différentes. Silencieuses, elles ne s’expriment qu’en caquetant ou en chantant. Sur scène, leurs mouvements, leurs postures, leurs attitudes sont assorties en tout temps, sinon identiques.

Leurs chansons sont sincères et convaincantes et se succèdent à la manière des pages d’un album-photo. Elles donnent lieu à une série d’aventures poétiques aux minuscules rebondissements. Puisqu’il le faut, méthodiques et amusées, les sœurs-caqueteuses se prêtent au jeu.

0910_cackle_02

Les New Cackle Sisters
Danya Ortmann
Gabrielle Bouthillier
Jasmin Cloutier

Leurs machinistes de l’Orchestre d’Hommes-Orchestre
Bruno Bouchard
Simon Drouin
Simon Elmaleh

Le 15 octobre au Cercle, 228 rue Saint-Joseph à Québec
Les 5,6,7 novembre à l’Usine C 1345, ave Lalonde à Montréal

2 thoughts on “Les Cackle Sisters MTL-QC

  1. À tous ceux que ça démange : Oui, je vais slaquer un peu à propos des NCS !

    C’est juste que je constate à quel point les chroniqueurs culturels de vos quotidiens sont paresseux en général et ne se forcent pas trop le cul pour parler de musique… alors je fais la job que j’aimerais voir faite à mon goût.

    J’ai même donné gracieusement (et sans le savoir) ma photo de concert pour agrémenter l’article d’un scribe de VOIR Québec… c’est dire. En même temps, je ne peux trop m’en plaindre étant donné que je reproduis fréquemment les photos obtenues à partir du WEB.

Pas de gêne, là. Commentez.