FIMAV 2016 : Tanya Tagaq et The Elements Choir

On ne ressort jamais tout à fait indemne d’une rencontre avec TANYA TAGAQ. Le public du Festival de Musique Actuelle de Victoriaville peut le confirmer. La voix unique de la « gorgeuse » chanteuse de Cambridge Bay sort des manières et des sentiers traditionnels auxquels l’auditeur est habituellement exposé lorsque confronté aux chants de gorge inuits. Le canal qu’elle a choisi pour exprimer ses émotions est celui de la communication directe. Le résultat est total, franc, sincère et d’une simplicité désarmante. Sa voix nous happe à la microseconde où elle atteint notre oreille; l’effet de surprise fait rapidement place à un pur ravissement qui ne s’évanouit jamais. Le public la suit intuitivement et cette confiance donne lieu à une improvisation magnifique et cohérente.

Tanya parle, ulule, vibre, chante, grogne, murmure, savoure, roucoule et vibre avec un abandon complet. On se laisse prendre par le courant qu’elle vient tout juste de créer et les idées vocales sont exprimées sans contraintes. Elle offre une célébration de son corps, un don de soi exprimé par le son, le souffle et tout ce que permet son organe vocal très développé. Tout ça sans aucune espèce de maniérisme ou de prétention.

Les batteur et violoniste Jean Martin et Jesse Zubot travaillent avec cohésion et générosité. Authentiquement connectés sur le moment présent. Ils ont bénéficié du talent remarquable du guitariste invité Bernard Falaise, de l’écoute attentive des 36 chanteurs de la chorale ELEMENTS CHOIR et des bidouillages audacieux de Peter Kadelbach. En parfaite osmose avec la dynamique particulière de Tagaq, le sonorisateur a offert une performance brillante et une coloration efficace, sachant parfaitement comment moduler et la suivre quand elle changeait brusquement de tonalité, usant de ses effets avec talent, sans trop en mettre, en appuyant quelques fins de phrases, exploitant avec brio la multiplicité des timbres proposées par la vocaliste.

Organique, oui. Bon comme du lait chaud. Jamais complaisant. Toujours touchant. Tanya nous a remerciés simplement avec son sourire engageant. Nous avons été rien de moins que comblés.

Pas de gêne, là. Commentez.